Le plan de Ketchup (Chapitre 3)

Mis à jour : mai 4

Une nuit, alors que Ketchup tentait d’attraper le bocal de cornichons dans le frigo, elle eut une idée. « Nous allons kidnapper l’ours en peluche ! » s’exclama-t-elle. « Kidnapper ? », retentirent en choeur les deux autres. « Oui, reprit Ketchup, nous allons le saucissonner pendant son sommeil, puis nous le porterons toutes les trois les bras bien tendus, à la file indienne, et nous l’enfermerons dans l’un de nos tunnels. Nous verrons alors la réaction d’Arnolphe et s’il peut vivre sans son ours. » « Et s’il ne peut pas vivre sans lui, s’il est trop malheureux, que ferons-nous ?, demandèrent Maya et Mayo. » « Nous verrons s’il se montre digne qu’on lui rende son otage, répondit mystérieusement Ketchup. »

La nuit suivante, toutes trois s’approchèrent silencieusement du lit d’Arnolphe. Et, tout doucement, elles saucissonnèrent l’ours et commencèrent à le transporter. Mais une chose complètement folle et imprévue allait se produire. L’ours, grâce au pouvoir extraordinaire de l’imagination d’Arnolphe, qui était sans aucune limite, était bel et bien devenu vivant et se mit à crier. « Vite, un bâillon !, s’écria Ketchup. » « Mais nous n’avons pas prévu de bâillon, rétorquèrent Maya et Mayo. » « Alors tu feras le bâillon, Mayo ! » Et hop, Ketchup et Maya propulsèrent Mayo dans la bouche de l’ours Léon pour l’empêcher de crier et de réveiller Arnolphe. Bien ligoté, bien bâillonné, l’ours Léon se laissa transporter dans l’un des tunnels.






2020, Tous droits réservés, Mathilde Arrigoni Mazaury