Une idée diabolique

La Fête de la musique, jamais nous n’y mettrons les pieds !

Asséna-t-il alors à Grinchounet.

Plutôt mourir que d’écouter de la mauvaise musique,

Un travail d’amateurs et non de virtuoses,

Qui peinent à placer leurs notes et n’agissent que pour leur bon plaisir.

Moi, je respecte la musique, tonnait le Grinch, et je n’oserais point la salir.


Effectivement, le Grinch consacrait ses loisirs à la pratique de l’orgue, un instrument sérieux et exigeant,

Bien loin des chants joyeux et insouciants.

Il avait initié Grinchounet à sa passion,

Et pour ses trois mois, lui avait offert un violon.


L’art requiert de la pratique,

Et non un tourbillon de légères improvisations comme à la Fête de la musique.

L’art ne peut être ni médiocre, ni moyen, aimait à répéter le Grinch.


Ce qui lui était insupportable n’était plus que l’on fît la fête sans lui, mais que l’on fît la fête sans se soucier d’esthétique.

Ainsi naquit dans son cerveau dérangé un plan diabolique.

Aidé de Max et de Grinchounet, il volerait tous les instruments de musique

Et donnerait en personne un récital fantastique

Sur la place de Chouville.


C’est vrai, à la fin, marmonnait-il,

Aujourd’hui tout un chacun veut peindre, chanter, écrire,

Alors même que personne n’a de talent.

Enfermé dans ses pensées, le Grinch ne se rendait compte ni de son intolérance

Ni de son intransigeance.

C’était pourtant un dictateur en puissance.


Grinchounet était trop jeune pour le contredire, et embrassait toutes les vues du Grinch.

Quand il ne jouait pas de son violon,

Il accompagnait son père de substitution

Au chant à la perfection,

Et le Grinch se rengorgeait du succès de son éducation.


Mais la Fête de la musique à grands pas approchait, et il fallait déployer un plan d’action.

Plus de traîneau, plus de hotte, plus d’échelle, il fallait confisquer les notes par un moyen détourné.

C’est alors que le Grinch eut une idée.


Puisque les Chous étaient naturellement bons et généreux,

Pourquoi ne pas organiser une collecte d’instruments pour les enfants nécessiteux ?

La méchanceté du Grinch était décuplée,

Car elle se parait désormais des atours du mensonge éhonté.


Qu’il serait simple et aisé,

Songeait-il, d’organiser une grande collecte sur la place du village,

Qui réunirait les Chous de tous âges,

Avec en tête d’affiche Grinchounet, grand représentant des orphelins de ce monde.

Les Chous, dans leur maladive naïveté, n’hésiteraient point à déposer leurs instruments,

Afin qu’ils soient envoyés dans un orphelinat ou un lointain continent,

Où ils feraient tant plaisir à des enfants privés de parents.


26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout